La Mort tragique de Leland Drum (« The Shooting ») Monte Hellman, 1967.

Willett Gashade (Warren Oates)

Willett Gashade (Warren Oates)

Deux cow-boys, Willett Gashade, sombre et méfiant (Warren Oates) et Coley, enfantin et confiant (Will Hutchins) escortent une mystérieuse jeune femme (Millie Perkins) en échange d’une prime. Alors que le trio traverse le désert, il est rejoint par l’étrange Billy Spear (Jack Nicholson), qui décide, après la mort de l’un des chevaux, de se débarrasser de Coley…

Coley (Will Hutchins)

Coley (Will Hutchins)

Cet étrange western très court (82 minutes seulement) semble prendre à rebours tous les clichés du genre. Monte Hellman semble en effet se désintéresser totalement des enjeux de la quête de la femme. Les paysages typiques de western sont ici réduits à leur portion congrue. Le camp minier des deux cow-boys est sale, les paysages sont arides, la lumière très blanche. Même les chevaux sont des bêtes quelconques à la robe terne, à tel point que le beau cheval blanc que l’étrangère abat semble un élément incongru qui n’avait de toute manière pas sa place. En éliminant tous les artifices du décor, Monte Hellman se concentre exclusivement sur ses personnages, qui semblent errer sans but, comme dans une pièce de théâtre. Ce qui n’est guère étonnant lorsque l’on sait que Monte Hellman a mis en scène En attendant Godot, de Samuel Beckett, pièce qu’il affectionne tout particulièrement.

La femme sans nom (Millie Perkins)

La femme sans nom (Millie Perkins)

Warren Oates est impérial dans un rôle taillé sur mesure. Taiseux et buté, méfiant et réticent à accompagner cette femme sans nom dont il capte très vite le côté manipulateur, il va néanmoins vers son destin de son propre chef. Jack Nicholson, tout de noir vêtu façon Liberty Valance, un sourire inquiétant aux lèvres préfigurant le Joker, s’amuse visiblement dans le rôle d’un tueur imprévisible. Millie Perkins campe une femme étrange, manipulatrice et fragile (il faut la voir d’un coup blêmir et se tordre de douleur), portée néanmoins par la haine et le but qu’elle s’est jurée d’atteindre. Enfin, Will Hutchins est touchant dans un rôle tragique d’homme-enfant (il demande de l’argent de poche pour s’acheter des jeux), amoureux, naïf et manipulable.

Le plus appréciable est le côté réaliste du film : les chevaux qui se blessent, la chaleur infernale, perceptible, qui dessèche la gorge des personnages, les selles lourdes qu’il faut enlever et remettre sur le dos des chevaux. Les gestes sont crédibles et bien observés.

Billy Spear (Jack Nicholson)

Billy Spear (Jack Nicholson)

Malgré sa courte durée, le film est assez languissant. Les personnages parlent peu, l’action est rare et elliptique, mais la tension toujours présente, bien que de nombreux points d’interrogation subsistent (qui est cet homme à la jambe cassée, dans le désert ?) De même, les personnages ne sont pas présentés, Monte Hellman laissant au spectateur le soin de relier les pointillés et de recomposer l’intrigue.

Western excessivement dépouillé, La Mort tragique de Leland Drum est un film étrange, expérimental et ancré dans son époque. Sam Peckinpah et Monte Hellman, très liés (le premier acceptera même de figurer en tant qu’acteur dans un film du second, China 9 Liberty 37) ont tous les deux cherchés, à leur manière, à démythifier la légende de l’ouest, en multipliant les références à l’actualité. Ainsi, la fin du film, rapide et brutale, rappelle, selon Monte Hellman lui-même, le meurtre en direct de Lee Harvey Oswald…

Publicités
Cet article a été publié dans Jack Nicholson, Monte Hellman, Warren Oates, western. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour La Mort tragique de Leland Drum (« The Shooting ») Monte Hellman, 1967.

  1. walkfredjay dit :

    Un film qui m’a toujours fasciné, qui mêle Beckett effectivement et Herman Melville. Une sorte d’épure très cérébrale et glacée, qui laisse sur une sensation frustrante de « pas assez », mais qui se laisse revoir sans problème.
    Je crois avoir lu que Nicholson s’était délibérément inspiré de Palance dans « SHANE » pour son personnage.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s