Suspiria (« Suspiria ») Dario Argento, 1977

Suzy Banyon (Jessica Harper)

Suzy Banyon (Jessica Harper)

Suzy Banyon (Jessica Harper), une jeune étudiante américaine, se rend à Fribourg pour intégrer l’une des meilleures académies de danse au monde. Mais d’étranges évènements s’y produisent, et des élèves y trouvent la mort dans des circonstances horribles. Suzy finit par apprendre que l’école aurait été édifiée il y a plus d’un siècle pour servir de demeure à une terrible et puissante sorcière nommée Helena Markos, surnommée la « reine noire »…

Ce film, au titre inspiré par Thomas de Quincey (Suspiria de Profundis), est un coup de maître. Car si l’histoire en elle-même est assez classique, le film vaut surtout par sa recherche graphique et colorimétrique. Très inspiré par l’esthétique d’Escher, auquel il emprunte une œuvre (que l’on peut voir sur un mur de la chambre de la première victime), le nom (Suzy cherche à se rendre à la « Escher Strasse ») et les effets d’optique (les perspectives démesurées et étranges), le cinéaste se régale à construire un univers onirique cauchemardesque. La pièce centrale, bien sûr est cette école de danse invraisemblable, véritable personnage à part entière et décor de théâtre pour une pièce sanglante.

L'entrée de l'école

L’entrée de l’école

Jessica Harper, vue auparavant dans Phantom of the Paradise de Brian De Palma, promène sa silhouette fragile et son visage de moineau effarouché avec grâce et innocence. Les seconds rôles sont aussi parfaits, de la fameuse directrice de l’école en passant par le pianiste aveugle (et son chien) et l’inquiétant serviteur… Les acteurs, au jeu outré, lorgnent vers l’expressionnisme allemand, accentuant l’effet baroque de la mise en scène. Car Dario Argento ne cherche en aucun cas le réalisme. Son histoire est un conte pour adultes, où les sorcières ont remplacé les bonnes fées. Les trois sorcières rappellent les trois Parques. L’arrivée de Suzy, qui voit une jeune femme s’enfuir en courant dans une forêt, évoque aussi la fuite de Blanche-Neige dans la forêt. Seule l’explication dispensée à Suzie sur la présence de la fameuse « reine noire » est assez laborieuse, et casse le rythme du film.

Le squelette allongé.

Le squelette allongé.

Les personnages évoluent dans des décors grandiloquents et démesurés, combinés à des éclairages très vifs, de couleurs primaires posées en aplats, sans reliefs, rappelant Mario Bava, que Dario Argento admire beaucoup. Argento crée ainsi une atmosphère baroque et oppressante, avec peu de moyens (la silhouette d’un squelette projetée derrière un drap, une chauve-souris pendue à un fil…), mais avec un grand sens du cadrage et du tempo.

La musique du film, que le réalisateur passait sur le plateau pendant le tournage, contribue pour beaucoup au climat de Suspiria. Climatique et répétitive, angoissante et onirique (et parfois mixée un peu trop forte), elle apporte des couleurs sonores en accord avec celles du plateau, évoquant par moments la musique de L’Exorciste. Cette bande originale est l’œuvre de Goblin, un groupe de rock progressif italien, qui a composé aussi la musique de la version européenne du film Zombie de George Romero.

Premier film de la « Trilogie des Enfer », Suspiria demeure, et de loin, le meilleur de la série : un conte de sorcières somptueux, à la violence surannée mais néanmoins marquante, dont on sort comme d’un cauchemar aux images vivement colorées…

Publicités
Cet article a été publié dans horreur, Réalisateurs non classés. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Suspiria (« Suspiria ») Dario Argento, 1977

  1. walkfredjay dit :

    J’avoue, à ma grande honte, que la revision récente de quelques Argento a été une grosse, une ÉNORME désillusion en ce qui me concerne. J’en avais gardé un joli souvenir. Mais il y a des films qu’il ne faudrait jamais revoir…

    J'aime

  2. valcogne dit :

    Je n’ai jamais été tenté par ces films mais je regarderai celui là essentiellement pour Jessica Harper que j’avais apprécié dans le « Phantom », vrai bon film, voire plus.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s