Monte Walsh (« Monte Walsh ») William A. Fraker, 1970

Monte Walsh (Lee Marvin), Cal Brennan (Jim Davis) et Chet Rollins (Jack Palance).

Monte Walsh (Lee Marvin), Cal Brennan (Jim Davis) et Chet Rollins (Jack Palance).

Monte Walsh (Lee Marvin) est un cow-boy dans la force de l’âge, qui vend ses services au gré de ses errances, en compagnie de son vieil ami Chet Rollins (Jack Palance). Cependant, les temps changent. La prairie se couvre de barbelés, les hommes se sédentarisent. Il n’y a plus de place pour les cow-boys dans ce nouveau monde…

William A. Fraker libre ici une sorte d’anti-western. Les amateurs d’action en seront pour leur frais. En fait, Monte Walsh est simplement la retranscription réaliste d’un pan de la vie de ces hommes de l’ouest, qui, du jour au lendemain, se retrouvent sans travail, dans un monde qu’ils ne reconnaissent plus, régit par de nouvelles règles qui bouleversent leur quotidien. Le film prend d’ailleurs son temps, s’attardant sur le mode de vie de ces cow-boys, filmés de manière presque ethnographique : les grandes tablées rigolardes aux blagues puériles, le travail à la fois usant et excitant (dressage des chevaux sauvages, rassemblement des troupeaux), les bagarres viriles en guise de détente… Mais certains de ces hommes cachent aussi sous une carapace un peu brute d’autres aspirations : Chet, conscient de la fin d’une époque, décide ainsi de se marier et de se reconvertir dans l’épicerie.

Shorty Austin (Mitch Ryan)

Shorty Austin (Mitch Ryan)

Monte Walsh suit ainsi le destin de trois hommes condamnés : Monte Walsh lui-même, réfractaire au changement, et bien décidé à vivre jusqu’au bout sa vie d’homme libre, quitte à perdre tout avenir ; Chet Rollins, le raisonnable, rattrapé par un destin implacable ; et Shorty Austin (Mitch Ryan). Ce dernier personnage, complexe, à la fois touchant et haïssable, symbolise le mieux la chute de ces hommes, en sombrant dans la criminalité par désespoir et appât du gain facile. Cependant, si le drame est inévitable, le réalisateur l’évacue très vite, expédiant quelque peu le duel final : la vie reprend son cours, avec un Monte Walsh solitaire, dialoguant avec son cheval comme il le faisait avec Chet…

Martine Bernard (Jeanne Moreau) et Monte Walsh (Lee Marvin)

Martine Bernard (Jeanne Moreau) et Monte Walsh (Lee Marvin)

Jeanne Moreau, dans le rôle d’une prostituée française, est émouvante, femme sacrifiée par l’attente vaine d’un homme viscéralement incapable de changer son mode de vie. Lee Marvin, tout en sobriété, est très crédible en cow-boy usé et forgé par son travail. Si Jack Palance est très bien aussi dans le rôle du bon copain,  il est passablement éclipsé par Mitch Ryan, au regard habité par la passion de son métier, puis par la hargne. On remarquera aussi une brève apparition de Bo Hopkins, en jeune cow-boy licencié sans autre forme de procès…

William A. Fraker signe un très bon film, aux personnages attachants, que l’on prend le temps de découvrir, d’apprécier et de pleurer. Tout juste pourra-t-on reprocher une musique de John Barry excessivement grandiose et épique…

Publicités
Cet article a été publié dans Lee Marvin, western. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Monte Walsh (« Monte Walsh ») William A. Fraker, 1970

  1. walkfredjay dit :

    Un beau film crépusculaire, oui. Et un vrai contremploi pour Marvin et Palance habitués à cette époque aux rôles plus extravertis… Belle réplique de Monte quand on lui propose de se produire dans un cirque : « Je ne vais pas cracher sur toute ma vie ».
    Il y a eu un remake télé avec Tom Selleck et Keith Carradine, pas totalement nul, mais évidemment sans comparaison possible avec l’original.

    Aimé par 1 personne

  2. Claude dit :

    Peut-être l’un des derniers vrais « classiques » du western d’après un ouvrage de Jack Schaeffer (« L’homme des vallées perdues ») dont on peut espérer enfin une traduction sous les auspices de Bertrand Tavernier . A noter la mélancolique chanson du générique interprétée par la trop tôt disparue Mama Cass (du groupe californien des sixties Papas and Mamas) .

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s