Lectures : Sam Peckinpah #2

30 ans après la disparition de Sam Peckinpah, si contesté et décrié de son vivant, une reconnaissance quelque peu tardive voit son travail salué par de nombreuses rétrospectives. Le festival international du film de Locarno, la cinémathèque Suisse et la Cinémathèque de Paris ont ainsi programmé sa filmographie complète, séries télévisées comprises. Un livre, édité avec l’appui de ces festivals, et publié simultanément en trois langues (français, anglais et italien) vient de sortir à cette occasion.

Sobrement intitulé Sam Peckinpah, doté d’une photo orangée très « années 70 » du réalisateur en pleine action, l’objet se révèle cependant assez décevant. Par son épaisseur, tout d’abord. La pagination est assez faible (193 pages), la lecture, rapide. De quoi largement faire hésiter le lecteur potentiel, surtout lorsque l’achat s’élève à 25 euros. Mais passons outre le nombre de pages pour nous intéresser au contenu. Et c’est là, il faut bien l’avouer, que le bât blesse.

Ouvrage collectif, Sam Peckinpah est un recueil, assez mal ordonné, d’articles divers, compilés sans ordre logique ni chronologique. Pour preuve, le dernier « chapitre », consacré aux œuvres télévisées (de jeunesse, donc), du réalisateur… Autre bonne raison de grincer des dents, plusieurs éléments de l’ouvrage ont déjà fait l’objet d’une publication antérieure. Les entretiens avec Kris Kristofferson (acteur et chanteur), et Gordon T. Dawson (costumier, homme à tout faire, et souffre-douleur préféré du cinéaste), bien que passionnants, proviennent en effet du numéro 25 de la revue So Film, de même que les « récits de tournages », intitulés alléchants, mais dont la brièveté laisse le lecteur sur sa faim.

L’iconographie de l’ouvrage, très abondante, n’est pas utilisée à bon escient. Les photos d’exploitation des films n’apportent rien aux textes qu’elles sont censées illustrer, car ne correspondant pas aux scènes décrites dans le texte, lorsqu’elle ne sont pas carrément hors-sujet ou excessivement nombreuses, jusqu’à faire office de remplissage. La palme revient cependant à la page 108, où La Horde sauvage est illustrée avec une photo ne lui appartenant pas ! Étonnamment, le film le plus connu du réalisateur est seulement évoqué au gré des chapitres, toutes les autres œuvres étant analysées à travers le prisme de « l’avant » ou « l’après » Horde sauvage.

Le livre séduit néanmoins grâce à un entretien avec Sam Peckinpah lui-même, ironique et mordant, terriblement lucide, infernal, et attachant. Les analyses des films, un peu courtes, sont assez intéressantes. Reste l’impression tenace de tenir en main un assemblage réalisé trop vite, auquel manque même, et c’est le comble, quelques repères biographiques et une conclusion digne de ce nom.

Publicités
Cet article a été publié dans Livres, Sam Peckinpah. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

16 commentaires pour Lectures : Sam Peckinpah #2

  1. walkfredjay dit :

    Hmmm… C’est bien l’impression que j’en avais eue !

    Welcome back anyway, Evy !

    Aimé par 1 personne

  2. valcogne dit :

    J’attendrai de le trouver pour presque rien dans un vide-grenier ou chez Gibert en occasion, merci pour l’info, Evy. Bon re-démarrage.

    Aimé par 1 personne

  3. Thierry dit :

    Salut. Bon retour parmi nous.
    Je suis tombé cet été sur une émission radio depuis le festival de Locarno, et, au souvenir des banalités qui étaient dites sur notre Sam, ta critique du bouquin ne m’étonne guère. Quel gâchis, quand on pense à la richesse du sujet. Et quand on pense à tout ce qu’on arrive à en dire d’intéressant, nous z’autres, avec nos p’tits blogs dans les coins ! Je dis « nous », surtout « vous », en fait. Enfin… Uncommonly yours quand même.

    Aimé par 1 personne

  4. Val dit :

    Bon retour, Evy !
    Novice en ce qui concerne Sam Peckinpah (je n’ai vu que 4 de ses films ), je vais donc soigneusement éviter ce livre si je cherche un document consistant sur lui.

    Aimé par 1 personne

  5. evy dit :

    Merci à tous ! Pour mon véritable retour, il faudra encore attendre. Reprise de travail, recherche d’un appartement (hé oui, moi aussi Val !), bref, la vie quotidienne, m’oblige pour le moment à alimenter ce blog de manière sporadique.
    Je n’ai pas encore lu tous les livres en français sur Peckinpah. Je dois toujours me procurer celui de Gérard Camy. Quelqu’un l’a lu ?

    J'aime

  6. valcogne dit :

    L’espérance des lendemains, ce sont nos fêtes, Evy, reviens !

    J'aime

  7. valcogne dit :

    Suis repassé. A bientôt j’espère, Evy.

    J'aime

  8. valcogne dit :

    On ne peut être partout ! A bientôt.

    J'aime

  9. valcogne dit :

    Un an déjà. J’espère que tu reprendras un jour ce que tu as si bien commencé.

    J'aime

  10. Thierry dit :

    – I do not expect you here no more.
    – What I said I do…

    J'aime

  11. valcogne dit :

    Bon. A un de ces jours, peut être.

    J'aime

  12. evy dit :

    Je n’ai plus le temps pour le moment, les amis, ni l’envie… Times are changin’…

    J'aime

  13. Eric Leblanc dit :

    Pour cet article, comme tous les autres, bravo et merci pour cette écriture magnifique.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s